SIGMA, l’archive vivante

De 1965 aux années quatre-vingt-dix, le festival SIGMA fait de Bordeaux l’un des rendez-vous européens des avant-gardes. Il fait reconnaître en France quelques unes des figures les plus marquantes de la contre-culture américaine (le Living Theatre, le Bread & Puppet, le Barbwire Theatre) ou européenne (Arrabal, le Grand Magic Circus), popularise les œuvres de Silvano Bussoti, Webern, Varese, Xenakis, Sun Ra ou Pierre Henry, coexister happenings (Jean-Jacques Lebel) et art cinétique (Nicolas Schöffer), Mondrian et les Pink Floyd. Télévision, design, écologie ou cybernétique nourrissent expositions et conférences. Pendant une semaine chaque année, Bordeaux placée au centre de l’attention des médias, devient une capitale internationale de « la recherche dans tous les arts ».

Né de l’initiative d’un groupe d’intellectuels (dont Abraham Moles) réuni autour du musicien et homme d’affaires bordelais Roger Lafosse, le festival a reçu l’impulsion décisive d’une personnalité politique de premier plan dans la France des années soixante, Jacques Chaban-Delmas, le maire de Bordeaux, qui fit de SIGMA le porte-drapeau de sa politique culturelle. Le déclin progressif de SIGMA au fil des années quatre-vingt n’a pas tari la mémoire très vive qu’en a conservé le public, local, national et international. Quelques mois avant sa disparition en 2011, Roger Lafosse, fondateur du festival, a déposé les archives de SIGMA à la Mairie de Bordeaux, et celle-ci aux Archives Municipales. L’École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux ouvre un chantier de recherche et de formation à la recherche sur les archives du festival SIGMA.

Il s’agit :

  • D’explorer le fonds d’archives déposé aux Archives Municipales de Bordeaux et d’en proposer
  • De lancer un programme de constitution de fonds d’archives complémentaires, par la collecte et par la constitution d’un fonds d’entretiens filmés, enfin par un appel au public dans le cadre d’un projet d’archivage en collaboration.
  • De mener une réflexion de fond sur les modalités d’exposition et de mise à disposition numérique des fonds collectés, et de la mettre en œuvre.
  • De susciter une réflexion sur les pratiques de re enactment sollicitées par les archives, comme d’enrichir les problématiques générées par leur étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *