L’Omega de SIGMA

par Franck Ancel

Journée d’études SIGMA 30 Novembre 2011 école des Beaux-Arts de Bordeaux

 

©  François Molnar

« Le nouvel intérêt de la société à l’art peut dépendre de l’utilisation de la technologie. » Jean Dupy 1971

Alors que depuis 1950 régnait le Mai musical dans la vie culturelle de Bordeaux, le compositeur Ivo Malec prit la lettre grecque SIGMA comme titre d’une composition en 1963, pour diriger la musique vers d’autres voix. A l’occasion de sa première interprétation à Paris en 1964, un présentateur radio lors de sa diffusion, précisa que le compositeur avait choisi la lettre SIGMA, « pour suggérer l’aspect multiforme de son expérience musicale. Elle tend à rapprocher le corps sonore traditionnel et les nouvelles techniques instrumentales de façon à mettre en valeur la complexité de la matière sonore. » Un an plus tard en 1965, un nouveau festival bordelais allait choisir également la lettre SIGMA pour mettre en valeur la complexité des arts et de la culture face aux techniques contemporaines.

Madame Françoise Taliano-des Garets précise dans l’un des rares articles sur SIGMA, daté de 1992, dans la revue d’histoireVingtième Siècle, que « la reconnaissance de ce festival d’avant-garde par le pouvoir local n’est pas fortuite ; elle est le révélateur d’une politique culturelle municipale dont les contours peuvent être précisés sous trois angles : le discours, la confrontation du discours et de la réalité, l’analyse des mobiles politiques. Le discours municipal à propos de SIGMA est, avant tout, celui de Jacques Chaban Delmas. Il mettra l’accent sur deux thèmes voisins : la décentralisation et la rénovation culturelle de la ville. Le maire défend ainsi le projet SIGMA devant le Conseil municipal du 1er février 1965 en lançant que « La chose n’a jamais été tentée, pas même à Paris » ».

Je ne doute pas que depuis la fin du festival SIGMA, en 1997, la municipalité bordelaise soit toujours à la recherche de cette“décentralisation et rénovation culturelle“ souhaitée par Jacques Chaban Delmas en lançant l’opération SIGMA. J’imagine qu’Evento, ainsi que la future Manufacture Atlantique projetée comme plateforme pour Novart, l’autre grand rendez-vous de la ville en 2012, sauront un jour répondre aux premières aspirations visionnaires pour la ville, en termes de décentralisation et de rénovation culturelles.

Pendant l’actuelle édition du 40ième festival d’Automne à Paris, vient de se clôturer un colloque international, Pour une histoire des festivals (XIXe-XXIe siècles) qui s’est tenudu 24 au 26 novembre 2011. Pourtant, il n’y a eu à ma connaissance aucune communication sur le festival SIGMA de Roger Lafosse ou même le festival de l’Art d’Avant-Garde de Jacques Poliéri qui ont posé les fondements d’une décentralisation et rénovation culturelles, ainsi que d’un renouveau des arts du spectacle.En effet, dès 1956 à Marseille, le scénographe Jacques Poliéri avait créé le premier festival de l’Art d’Avant-Garde, qui verra trois autres éditions, à Nantes en 1957, puis à Paris en 1960. Alors qu’il faudra attendre plus d’une décennie après pour queprenne naissance le célèbre festival d’Automne en France.

© Informations, précisions, documentations émanant des archives du festival SIGMA de Bordeaux.

De même, il n’y a aucun article concernant le festival SIGMA, sur d’autres endroits ressources comme Wikipédia, alors que ce festival a sans doute été un pôle de convergence unique dans son rôle d’interconnection entre la créativité et les nouvelles technologies, plus précisément lors de ses trois premières éditions, formant ainsi comme des “points OMEGA“ dans l’histoire de SIGMA.

Cela rejoint le concept de “point Oméga“ du jésuite Pierre Teilhard de Chardin. Un point comme pôle de convergence de l’évolution où « chaque centre, ou conscience individuelle, est amené à entrer en collaboration toujours plus étroite avec les consciences avec lesquelles il communique, celles-ci devenant à terme un tout. » C’est ce que l’on peut lire dans l’encyclopédie Wikipédia en ligne. Cette vision globale anticipe également le réseau Internet comme un tout technologique.

Lorsque j’ai assisté à la conférence Art et cybernétique (Eloge du simulacre) à la Fnac Digital en 2006, à Paris, Simon Diner,ancien directeur de recherche au CNRS, précisa que « L’œuvre d’art n’est plus jugée par rapport à une référence selon son degré mimétique mais dans l’accomplissement de fonctions de communication. Elle devient autonome par rapport à la réalité ou à la nature, tout en restant ouverte sur le spectateur. » L’on peut aisément lire le texte de sa communication sur Internet mais pour ma part, bien que celui-ci soit riche et précis, je pense que ces réflexions avaient déjà trouvé des analyses pertinentes lors des premières éditions du festival SIGMA de 1965 à 1967.

C’est en étudiant les archives du festival SIGMA, grâce à Michèle Lafosse, que j’ai pu en prendre conscience, il y a presque déjà 20 ans, alors que se préparait dans les locaux du festival l’unique ouvrage pour les 25 ans de SIGMA. Et si je suis devenu un spectateur professionnel dès 1987 en assistant à SIGMA et au festival de musiques nouvelles Divergences Divisions à Bordeaux, ce sont ces festivals qui m’ont poussé de l’autre côté du  miroir, pour devenir non plus seulement un spectateur de la culture mais également un acteur dans l’art. Ayant quelques semaines de libres, j’avais donc décidé en 1992 d’ouvrir ce qui n’avait été ouvert qu’une seule fois pour une étude sociologique, les archives du festival SIGMA. Ces lectures se placaient dans la continuité d’une recherche initiée, deux ans avant, en 1990, lorsque Jacques Poliéri réédita son classique ouvrage moderne sur la scénographie daté de 1960 et par la lecture d’un article de l’ancienne revue L’Art Vivant au CAPC. Ainsi, je découvrais qu’il y avait eu pendant les premières années de SIGMA, une convergence déterminante de réflexions et de propositions face à la technologie.

C’est pour cela que j’avais imaginé en 1995 un symposium pour écrire l’art de l’électronique, L’ivre machine, avec le directeur du festival Divergences Divisions, André Lombardo, qui fut également l’un des collaborateurs du festival SIGMA. Une manifestation qui aurait été connectée au réseau Internet avec une diffusion multi-écrans, en réseau, qui n’a jamais pu se concrétiser. La fin de SIGMA à Bordeaux, l’incapacité à monter ce symposium, me poussa le 11 novembre 1998, à rencontrer le scénographe Jacques Poliéri chez lui à Paris, avec lequel j’ai depuis travaillé, encore récemment. Ce travail s’est notamment traduit par la coordination d’un ouvrage sur son festival de l’Art d’Avant-Garde, en 2004, aux éditions Somogy, une conférence en 2006 à Marseille pour les 50 ans du festival de l’Art d’Avant-Garde.

Hier, s’il s’agissait de distinguer, l’art abstrait de l’art cinétique puis de l’art cybernétique, aujourd’hui, c’est un véritable enseignement qui pourraient nous permettre d’appréhender réellement les enjeux dont SIGMA a été le point de convergence, à ses débuts, en relation avec la technologie. Je vais donc juste poursuivre quelques points OMEGA, en une contextualisation et une mise en lumière, sans doute trop rapide, qui nécessiterait déjà de pouvoir vous communiquer l’ensemble des enregistrements que l’ORTF aurait du effectuer dans son Grand Auditorium au 34 rue Ulysse Gayon à Bordeaux lors des SIGMA I, II et III.

1965: Le festival SIGMA est créé la même année que l’organisation des premières expositions de computer art en Europe et aux Etats-Unis : Generative Computergrafik (février) et Computergrafik (novembre) à Stuttgart, Allemagne, Computer Generated Pictures (avril) à la Howard Wise Gallery de New York. Il n’est donc sans doute pas anecdotique de préciser que le premier complément de programme de SIGMA en 1965 a été offert par la compagnie Bull-General Electric. Toutes les disciplines artistiques devaient se déployer face à l’apparition des machines et de l’électronique, interrogeant ainsi la ville de demain, c’est à dire celle que nous connaissons aujourd’hui. Cela mériterait d’y méditer. Le journal Sud-Ouest, du 23 octobre 1965, immortalisa l’arrivée de Nicolas Schöffer par une photo, sous le titre « un des pères de la sculpture moderne fait connaissance avec Bordeaux. » sur le tarmac de l’aéroport de la ville, accueilli par Roger Lafosse, tout semble parlant dans ce cadrage qui fait symboliquement sens.

© Informations, précisions, documentations émanant des archives du festival SIGMA de Bordeaux.

1966: Aux Etats-Unis, John Whitney est engagé comme artiste en résidence par I.B.M. chargé d’explorer le potentiel esthétique de l’infographie. Le professeur Abraham A. Moles, quant à lui, évoquera à Bordeaux le rôle de l’artiste face à la machine, justement en illustrant son propos, en évoquant le rôle créatif d’une machine telle que l’I.B.M.7090.

L’on pourra se reporter aussi au catalogue de l’exposition du centre d’art contemporain de Grenoble, le Magasin, de 1998, à propos du GRAV (Groupe de Recherche en Art Visuel) dans lequel l’on trouvera des documents de la participation de ce Groupe au festival SIGMA. Ainsi, on peut lire que « La deuxième édition de Sigma diffère peu de l’édition précédente pour les choix artistiques qui sous-tendent l’exposition présentée à la galerie des Beaux-Arts. Le visuel qui illustre l’ensemble des documents édités (catalogue, affiche, etc.) est une création de François Molnar conçue à l’ordinateur. »

Si l’avant-garde artistique, utilisant déjà l’ordinateur, touche ainsi directement la rétine du grand public par ses oeuvres, celui-ci est parfois dépassé par certains enjeux intellectuels, comme le relate Sud-Ouest suite à la conférence du 17 novembre 1966 à SIGMA, du philosophe Raymond Abellio, à propos d’Esthétique et structuralisme. Pourtant, lors d’autres échanges sur Art et Industrie, ce même jour, une phrase, qui a été prononcée prend désormais tout son sens : « C’est le monde entier qui va devenir ville. »

Lorsque Jean-Jacques Lebel a créé un happening historique le 19 novembre 1966 à Bordeaux, lui qui a importé ces actions des USA, il n’imaginait pas, que plus de 40 ans après, ce seront des chômeurs londoniens en octobre de cette année qui semblent s’être accaparé ce type d’actions, étant victimes d’une machine économique que l’on semble désormais incapable à maitriser. L’on se reportera gratuitement à l’extrait du documentaire Les années sigma , la provocation amoureuse produit par la Smac et France 3 Aquitaine, réalisé par Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil, sur Internet, où Jean-Jacques Lebel témoigne de ses pulsions libératrices à Bordeaux. Mais justement, l’on aurait bien aimé connaître aussi dans un tel documentaire l’avis de l’auteur du livre Procès du festival d’Avignon, supermarché culturel, édité chez Belfont en 1968, le même Jean-Jacques Lebel, sur ce qui faisait à ses yeux la particularité de SIGMA dans l’émergence d’autres festivals culturels en France.

1967: Aux Etats Unis, l’artiste Robert Rauschenberg et l’ingénieur Billy Klüver créent E.A.T / Experiments in Art and Technology à New York où artistes et ingénieurs collaborent pour produire des œuvres à la croisée entre l’art, la science et la technologie. Pourtant, le 18 novembre 1967, la cantatrice américaine Cathy Berberian conclue une tribune sur le théâtre à Bordeaux lors de SIGMA, qui n’a vraiment rien à envier à cet autre événement majeur new-yorkais, plaçant l’humain au premier plan : « Pour moi, c’est le festival le mieux administré et organisé, auquel j’ai participé dans toute ma vie, et je dois vous féliciter de vivre à Bordeaux et d’avoir une pareille organisation. »

Depuis 1965, c’est la Galerie des Beaux-Arts qui accueille les expositions de SIGMA I avec des Arts et tendances contemporaines pendant une semaine puis lors de SIGMA II avec l’Art Visuel / Urbanisme-Architecture, et enfin pour SIGMA III Le multiple / design / graphisme / éditions multiples / structures Polycycliques, pendant quinze jours. L’art cinétique y est progressivement exposé et identifié puisque même le journal télévisé de 13h à l’ORTF, les 13 et 26 novembre 1967 y consacre deux reportages, avec une interview de Robert Escarpit et Frank Popper sur l’art cinétique, disponible aujourd’hui en consultation pour des chercheurs à l’INA, mais non encore numérisés.

Sous les applaudissements de l’assistance, la table ronde sur L’homme et la cité de SIGMA 1967 se clôture avec le designer Georges Patrix qui annonce, tel un slogan, que « Notre décadence c’est que nous n’avons pas le courage d’être véritablement des contemporains ».

Je soulignerai également la communication du manifeste Méta-Art par Jean-Claude Moineau qui décidera d’arrêter toute pratique artistique après 1968 pour se consacrer à la critique de l’art. C’est aussi à partir de cette année charnière que SIGMA a épuisé la technologie comme matière première de son festival, bien que celle-ci sera de nouveau présente sur plusieurs éditions.

1968: Aux USA c’est la création du Center for Visual Arts Studies/C.A.V.S. (Centre des arts visuels avancés) au Massachusetts Institute of Technology/M.I.T par l’artiste Gyorgy Kepes. Il s’agit du premier centre de recherche pour un travail de création interdisciplinaire dans les domaines de l’art, de la science et de la technologie avec une collaboration entre artistes, scientifiques et ingénieurs. La création de ce centre repose exactement sur les enjeux des trois premières éditions de SIGMA. C’est aussi l’apparition, toujours aux Etats-Unis de la revue Leonardo par Frank Malina. En France, Judith Malina fait partie avec Julian Beck du Living Theater, qui fit scandale au festival d’Avignon, un an après leur passage à SIGMA dans la rue. En 1968, il y a surtout l’exposition Cybernetic Serendipity organisée par Jasia Reichardt à l’Institute of Contemporary Art/I.C.A. de Londres. Celle-ci est considérée comme l’exposition inaugurale de l’art numérique par de nombreux historiens. Mais à cette période là, on parle encore et bien évidemment, d’art “cybernétique” comme à l’exposition Tendencija 4 : Computer and Visual Research à la galerie d’art contemporain de Zagreb. Mais revenons sur l’exposition de l’I.C.A avec l’artiste Carmi Eugenio qui y créa, Carm-o-matic, une oeuvre qui appartient désormais à la collection du Z.K.M., Zentrum Fur Kunst Media de Karlsruhe.

Cette oeuvre est symptomatique car c’est « un système d’auto-programmation d’images sur écrans stroboscopiques branché sur un déclencheur de son. L’onde sonore fait apparaître des images multiples et violemment colorées, des configurations abstraites, des taches et des formes géométriques, des caractères d’imprimerie, des onomatopées de bandes dessinées. L’oeuvre a été mise au point par des ingénieurs d’Olivetti : sur un cylindre tournant à quinze cents tours-minutes où apparaissent des séries d’images lumineuses qui impressionnent pour quelques fractions de seconde la rétine du spectateur. Pour augmenter encore les possibilités de combinaisons d’images dues au hasard, la machine est sensibilisée aux bruits environnants : aucun son n’est le même, aucune image n’est la même. » C’est ainsi que Pierre Cabane et Pierre Restany en 1969 présentent cette oeuvre dans leur ouvrage L’avant-garde au XXième siècle dans leur entrée sur l’art cinétique. A New-York, Pontus Hultén monte The Machine au Museum of Modern Art, une exposition historique dont il nous reste un catalogue à la couverture métallique. Ainsi, si le festival SIGMA n’a pas eu lieu en 1968, ses idées et recherches semblent cette année-là s’être jouées dans une synchronicité avec d’autres lieux.

L’OMEGA du festival SIGMA comme point de convergence n’aura été réellement incarné que les trois premières éditions, bien que cela ne remette nullement en cause la pertinence des autres éditions de ce festival pendant 30 ans. Ce qui m’intéresse ici est de pointer, à nouveau, à l’heure d’un environnement digital planétaire, qu’il y a eu à SIGMA une extension du domaine de la création face à la technique, entre art abstrait et cinétique, comme annonçant l’art cybernétique qui ne fut pas une vision de l’esprit moderniste, mais qui de façon intuitive, s’est posé comme précurseur de l’interconnexion des arts avec les technologies.

En 1969, Joël Stein exposera une oeuvre laser à SIGMA, la même année que la première grande exposition d’art américainLaser Light: A New Art Visuel, organisé par le Dr Léon Goldman au Musée d’art de Cincinnati. Puis soulignons, en 1970, aux USA l’exposition Software, information technology : Its meaning for art organisée par Jack Burnham au Jewish Museum de New York. La sculpture robotique interactive The Senster d’Edward Ihnatowicz avec le soutien de Philips, puis un an après, la création par Harold Cohen d’une œuvre générative, avec de l’intelligence artificielle Aaron. C’est sans doute ce climat qui poussera SIGMA en 1973, à placer la majorité des 20 conférences sur les quatre jours de son festival, en résonnance avec l’informatique naissante, par exemple dans la synthèse des sons, donnée par le compositeur Jean-Claude Risset.

Si au début des années soixante dix, un groupe “Art et informatique” est créé à l’Université de Paris 8. C’est seulement en1981 que le festival SIGMA accueille, juste trois ans après la naissance du festival ARS ELECTRONICA en Autriche, un débatVers les nouvelles images ? avec la participation de l’artiste, fondateur du groupe Zéro, désormais directeur au M.I.T. à Boston, Otto Piene.

En 2011, pour l’ouverture du dernier festival ARS ELECTRONICA, le Tesla Orchestra en provenance des Etats-Unis, a créé lors de l’inauguration à Linz, une performance électrique, un mixage de foudre, de musique et de danse comme un cirque dansant au style monumental avec deux grandes bobines de Tesla. Ces bobines de Tesla sont des instruments, à part entières. L’exploitation du corps comme une interface scientifique grâce à la technologie pour une création artistique avait déjà été utilisé par le compositeur Alvin Lucier en 1965 aux USA, pour des créations musicales, à partir du cerveau.

En France, le compositeur Pierre Henry, un habitué du SIGMA de Roger Lafosse, lui mettra des électrodes branchées sur le cortex. Cette captation sera peformée au Musée d’art moderne de Paris en 1971. Le disque vinyl de ces expérimentation vient d’être réédité sur CD. Même si ce dispositif nommé Corticalart, imaginé par Roger Lafosse dès 1965, a été conçu en 1969 par cinq scientifiques sous le nom de Artec-SIGMA, il a disparu après plusieurs présentations jusqu’en 1978. Il en reste tout de même une matière sonore, comme archive vivante, pour nous transmettre un message abstrait, dont la philosophie du projet est très concrète.

Pour avoir assisté à plusieurs concerts chez Pierre Henry depuis quelques années, j’avais remarqué des affiches de SIGMA sur ses murs. J’aurais aimé que Pierre Henry puisse s’exprimer sur sa collaboration avec Roger Lafosse qui garde une grande place dans sa mémoire.

Avant d’écouter l’enregistrement des ondes cérébrales de Roger Lafosse par Pierre Henry, et pour lui rendre hommage, je lui laisserai le dernier mot, comme il le dira au journal Sud-Ouest, le 2 mars 1997, à la fin de SIGMA « Je n’ai pas fait Sigma pour faire la révolution. Je l’ai fait parce que je croyais avoir perçu de nouvelles sensibilités, des attitudes différentes, des fêlures dans le discours artistique et que je me disais que ce n’était pas possible que Bordeaux passe à côté de ça. Je l’ai fait parce que, quitte à attraper quelques pépites, je me disais qu’elles pouvaient s’ajouter au trésor de l’humanité. Je l’ai fait parce que la chose qui me fascine le plus, c’est l’imaginaire des hommes. Je l’ai fait pour le plaisir de mettre les gens ensemble. Dans tout cela, je n’ai été que l’observateur qui perçoit les signes de modifications et tient à les faire partager. »

Aussi, je tiens à remercier particulièrement, Eléonore Schöffer, Jacques Poliéri, François Morellet, Jean-Claude Moineau, Isabelle Warnier et Jean-Jacques Lebel pour nos échanges, ainsi que l’ensemble de l’équipe de l’école des Beaux-Arts de Bordeaux pour cette invitation. Cette communication a été écrite sous le regard de l’un des premiers multiples de Takis, en 1969, accroché au dessus de mon bureau, au milieu d’une accumulation de livres et documents qui m’alimentent depuis presque 25 ans, entre théorie et pratique de l’art.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *