Journées d’études SIGMA 28, 29 & 30 novembre 2011, à l’EBABX: le compte -rendu

Compte – rendu des journées d’études SIGMA (28, 29 & 30 novembre 2011) à l’EBABX

Les trois journées d’études des 28, 29 & 30 novembre 2011 étaient destinées à lancer le projet de recherche WEST / OUEST. Elles ont

  • réuni les acteurs, institutionnels (Archives Municipales, Capc, EBABX, CalArts, EHESS) et individuels, les étudiants, les professeurs, les chercheurs, par lesquels le projet de recherche SIGMA sera mis en œuvre,
  • exposé « l’état de la question » de chacune des thématiques abordées (recherches sur les festivals, traitement des archives, etc.),
  • indiqué les pistes, les thématiques, et les enjeux de la recherche.

Le « noyau » de ces trois journées était la présentation par Thomas Lawson et les étudiants de CalArts, du projet et de l’exposition « Experimental Impulse » au RedCat, associés au vaste programme de recherche et d’expositions « Pacific Standard Time » initié par le Getty Research institute, Los Angeles. La coordination des équipes de l’EBABX et de CalArts dans la perspective d’une publication numérique associant Rosa B. et Ouest of Borneo constituait aussi l’enjeu de cette rencontre.
Ces trois journées ont été remarquables par leur densité, la présence constante d’un public d’étudiants et de personnalités extérieures à l’EBABX, et une atmosphère chaleureuse.
Les communications, de grande qualité, ont permis le dialogue d’intervenants issus d’horizons très différents, associés au fil de ces trois jours par le projet de recherche

La journée 1 (28 novembre) aura donné l’occasion à des archivistes  et théoriciens des archives (Agnès Vatican,Yann Potin) de mettre à jour l’auditoire sur les questions institutionnelles, théoriques et pratiques de la constitution, conservation et gestion des archives (qu’est-ce qu’un fonds ? quel type de transmission met-il en œuvre ?). Un aspect important de ce questionnement pour les étudiants de l’école est l’insistance mise par Yan Potin sur la dimension d’objet des archives. Les archives ne sont pas des textes, mais un « artisanat de la preuve juridique » articulé à une anthropologie de la transmission. Des objets en trois dimensions, sceaux, registres, etc., des signes matériels, valident les traces transmises. Cette matérialité des modes d’enregistrement, des façons d’inclure, inscrire, valider pour faire preuve (le droit est l’horizon des processus d’archivage) offrent son imaginaire à l’ère numérique (ère de la migration permanente des supports).
Margit Rosen (ZKM, Karlsruhe) a livré les éléments d’analyse et une riche documentation sur une série de festivals, commençant avec Arte programmata à Milan en 1962, et ponctuée par les éditions successives de Nouvelles Tendances à Zagreb, série dans laquelle il convient d’inscrire SIGMA, qui en partage œuvres, thématiques et acteurs. Lou Forster ( EHESS) a proposé une ligne d’analyse des usages artistiques contemporains de l’archive au filtre du re enactment.

Journée 2 (29 novembre): la matinée a été consacrée à l’exposition Experimental Impulse. Thomas Lawson, Chiara Giovando, Benjamin Tong, Larissa James ont présenté un riche compte rendu, généreusement illustré, du procès de travail et des partis pris d’exposition mis en œuvre par l’équipe de CAlArts.
L’après – midi Cédric Vincent ( EHESS) et Matthieu Kleyebe Abonnenc ont présenté deux voies d’accès parallèles au traitement d’archives : l’étude historique et anthropologique des archives des festivals panafricains des années soixante (Vincent), le remploi des archives de la décolonisation (Abonnenc).

La Journée 3 (30 novembre) proposait un focus sur le festival Sigma. Elle a posé les bases des travaux ultérieurs en faisant intervenir quelques uns des protagonistes de Sigma et signalé une liste d’interlocuteurs à contacter.
Françoise Taliano des Garets (Institut d’études politiques, Bordeaux), qui a rédigé jusqu’ici les seules études disponibles sur Sigma en a présenté les grandes lignes en ouvrant une perspective sur les enjeux politiques et institutionnels de la création de Sigma en 1965 (une « brêche dans le paysage culturel de Bordeaux »), dans le contexte du projet de « Nouvelle Société » cher à J. Chaban Delmas. Benoît Lafosse (EBABX) a présenté le film « Les années Sigma » en offrant à l’auditoire un aperçu de la texture singulière de cette aventure, comme François Barré, grand témoin et protagoniste de la première heure du festival. Frank Ancel a proposé de réinscrire Sigma dans le sillage du festival « de l’Art d’Avant Garde »  lancé par Jacques Polieri à Nantes, Marseille et Paris entre 1956 et 1960. Et André Lombardo (DMA2) a proposé un parallèle SIGMA // DMA2, festival de musique électronique et expérimental dont il a été l’instigateur.

 

QUELQUES PISTES DE RÉFLEXION

 

  • Exposer l’archive

Les communications de Thomas Lawson et des trois étudiants de CalArts ont été riches d’indications méthodologiques. Comment constituer une équipe de recherche au sein d’une école d’art ? comment préserver la spécificité de l’approche et de l’exploration des archives propre à une école d’art (en lien avec la production artistique) ? et, dans le même temps, intégrer ce travail à un programme de grande ampleur, rassemblant des institutions et des logiques institutionnelles très hétérogènes (écoles d’art, universités, musées, centres d’art, associations, municipalités, etc.) ? Ces thèmes d’une réflexion menée conjointement avec les représentants de CalArts, sont, pour l’EBABX, au moment où elle s’engage dans la voie de la recherche, extrêmement précieux et demandent à être amplifiés. L’autre versant de cette confrontation méthodologique a été la question de l’exposition de la recherche. L’exposition « Experimental Impulse » conçue et présentée à RedCat Hall par l’équipe de CalArts a suscité une réflexion de fond, riche d’incidences théoriques autant que pratiques, sur la question de l’exposition d’archives. Les dispositifs de présentation et de consultation (qui ont suscité un gros travail de design et d’architecture de la part des étudiants de CalArts ) ont rencontré et confirmé la réflexion théorique de Yann Potin sur l’archive en tant qu’objet, sur la matérialité de l’archive trop souvent identifiée à un texte, et sur les modalités d’usage de l’archive aujourd’hui. Il y a là une opportunité exceptionnelle pour, d’un même mouvement, repenser la question de la présentation de l’archive et en proposer, concrètement,  des dispositifs expérimentaux et des prototypes. Cette voie de recherche sera poursuivie conjointement avec CalArts.

  • Une nouvelle cartographie

Margit Rosen (ZKM, Karlsruhe) a livré les éléments d’analyse et une riche documentation sur une série de festivals, commençant avec Arte programmata à Milan en 1962, et ponctuée par les éditions successives de Nouvelles Tendances à Zagreb, série dans laquelle il convient d’inscrire SIGMA, qui en partage œuvres, thématiques (le multiple, etc) et acteurs (Sigma 10 invite tous les participants de Nouvelles Tendances 5 par exemple). Une nouvelle cartographie s’esquisse ainsi, alternative à celle que l’historiographie anglo-saxonne a imposée depuis les années quatre-vingt : une cartographie plus « Europe centrale », dont Milan, Zagreb, Darsmstadt constituent, avec Bordeaux à partir de 1965, les pôles de référence. Bordeaux y trouve sa place de point de jonction entre avant –gardes continentales et avant-gardes transatlantiques. Des parcours et des carrières originaux et inattendus se proposent à notre attention : par exemple Waldemar Cordeiro, entre Brésil et Yougoslavie… Cette avant-garde continentale est marquée par la prédominance de la musique, de l’art cinétique, par un intérêt précoce pour l’ordinateur –bien antérieur à son inscription sociale effective, et pour la technologie en général.

  • L’attraction de la technologie

La place prise par les dispositifs technologiques dans la première phase de Sigma, comme à Nouvelles Tendances, livre au moins deux pistes de recherche/ Le dispositif technologique implique une reconfiguration de l’exposition : celle-ci devient à la fois un événement, une performance, entrant ainsi dans une temporalité nouvelle, et une démonstration. Le modèle des démonstrations expérimentales chères à la science du XIXe siècle (démonstrations de la Royal Society, Palais de la Découverte, etc.) s’impose à l’esprit, avec sa temporalité (pannes, cafouillages divers…), sa topographie (qu’est ce qu’on montre des machines ?), son rapport singulier à l’audience… Des dispositifs inédits sont proposés au public dont on n’a jamais établi le répertoire : concerts couchés de Pierre Henry, polytopes de Xenakis, etc. Il serait intéressant de dresser le répertoire de ces nouveaux dispositifs, et d’en reconstituer les protocoles, comme cela a été fait récemment pour les 9 Evenings (New York, 1969).

  • La recherche plutôt que l’œuvre

L’un des aspects les plus frappants de la polarisation technologique des artistes de NT et des premières années de Sigma, est le souci général de privilégier la recherche sur la production d’œuvres ou d’objets. Si on connaît bien le refus de l’objet et de sa commercialisation porté par les avant –gardes des années soixante et soixante –dix, on connaît beaucoup moins bien, malgré les travaux récents sur le GRAV par exemple, la revendication parallèle des artistes cinétiques, Gruppo N, etc. Puisque le thème de la recherche s’impose à tous aujourd’hui dans le champ de l’art, il serait intéressant d’explorer ce que ces générations d’artistes entendaient par « recherche », dans quelle économie ils l’inscrivaient, etc.

  • Des corpus théoriques oubliés

Nous avons pu constater à quel point des corpus théoriques comme ceux proposés par Abraham Moles (Théorie de l’information et perception esthétique, 1958), ou Max Bense (Esthétique de l’Information, 1965), ou rassemblés par une revue d’envergure internationale comme BIT International (1968 – 1972) nous sont mal connus voire complètement inconnus. On mesure aussi à quel point les théories de l’information qui ont fait florès dans les années 50 -60 ont été récusés et « bazardés » par les théoriciens et les historiens des trente dernières années, pour de bonnes et de mauvaises raisons. Aujourd’hui nous pouvons être attentifs à des artistes et des théoriciens qui voulaient faire face, avant même qu’elle ne trouve la moindre consistance sociale,  à la révolution de l’ordinateur.

  • Versions françaises

De ce foisonnement international, il serait intéressant d’évaluer la version qu’en ont livrée artistes et/ ou institutions en France. Le triomphe institutionnel et médiatique de Vasarely ou de Schöffer à l’ère Pompidou livre un accès privilégié à ces enjeux. Le rôle de la télévision et en général des médias dans cet infléchissement et cette popularisation de l’art cinétique mérite une approche fouillée. De manière générale, le rôle des médias dans l’accréditation et l’établissement de SIGMA mérite une approche systématique.

  • L’adresse au public: Outrage au public

L’un des thèmes qui s’impose au terme de ces trois journées est celui de l’adresse au public. Par sa nature (un festival qui s’impose dans les rues de la ville, sa base sous-marine et ses diverses salles de spectacle avant d’investir les entrepôts Lainé), et par la grande variété des modes d’implication de l’audience proposés par les artistes (happenings, concerts couchés, cabaret, cirque, parade, etc.), SIGMA nous propose un répertoire extrêmement riche d’adresses au public. SIGMA a fait scandale, et plus d’une fois. Un épisode dans une série prestigieuse de tumultes s’impose à l’attention : l’échauffourée suscitée par la « Passion selon Sade » de Sylvano Bussoti, dont le témoignage de François Barré a permis de ressaisir les principaux épisodes. Il  y a là une dramaturgie inexplorée, dont on pourra analyser les ressorts dans une perspective plus ample : l’outrage au public est un topos des avant – gardes historiques, futurisme ou DADA. C’est un impératif de la contre culture des années soixante (Living Theater, GAAG, etc), qui revendique l’éveil (brutal) et l’activation du spectateur. Comment est – on passé de l’outrage au public à l’art « relationnel », dont aujourd’hui, à Bordeaux, le programme défini par Michelangelo Pistoletto pour EVENTO propose une version renouvelée ? Comment expliquer ce retournement ? de quand date—il ? faut-il invoquer le triomphe de l’adresse publicitaire dans les années 70 ? la prégnance du terrorisme des mêmes années ? une évolution interne de la structure des avant –garde ? La question de l’adresse implique aussi un questionnement tant du « public » que du « lieu ».  À qui est destinée l’adresse ? lorsque le public est segmenté en publics –au pluriel, communautés et socio -styles, par le marketing, les médias, l’industrie de la communication, à qui s’adresse l’artiste ? quel serait aujourd’hui la cible de l’outrage au public ? Et n’implique-t-il pas un lieu déterminé ? peut-on s’adresser au public sans lieu déterminé ? un questionnement qui intéresse autant l’artiste que le juriste ou le politique en ces temps de dématérialisation et de déterritorialisation numériques.
Ce thème qui permet de convoquer des problématiques et des chercheurs d’horizons variés (linguistes, sociologues, anthropologues, etc.) fournit la matière pour les trois prochaines journées d’étude SIGMA, à l’automne 2012.

 

 

 

 

 

Journées d’études [SIGMA] 28/11/2011 – 30/11/2011

Publica©tion  –  Ouest / West, un festival pour tous les arts : Sigma, l’archive vivante

De 1965 aux années 90, le festival SIGMA fait de Bordeaux l’un des rendez-vous européens des avant–gardes.

Il fait reconnaître en France quelques unes des figures les plus marquantes de la contre-culture américaine (le Living Theatre, le Bread & Puppet, le Barbwire Theatre) ou européenne (Arrabal, le Grand Magic Circus), popularise les oeuvres de Silvano Bussoti, Webern, Varese, Xenakis, Sun Ra ou Pierre Henry, coexister happenings (Jean–Jacques Lebel) et art cinétique (Nicolas Schöffer), Mondrian et les Pink Floyd. Télévision, design, écologie ou cybernétique nourrissent expositions et conférences. Pendant une semaine chaque année, Bordeaux, placée au centre de l’attention des médias, devient une capitale internationale de « la recherche dans tous les arts ».

Né de l’initiative d’un groupe d’intellectuels (dont Abraham Moles) réuni autour du musicien et homme d’affaires bordelais Roger Lafosse, le festival a reçu l’impulsion décisive d’une personnalité politique de premier plan dans la France des années soixante, Jacques Chaban-Delmas, le maire de Bordeaux, qui fit de SIGMA le porte-drapeau de sa politique culturelle.

Le déclin progressif de SIGMA au fil des années 80 n’a pas tari la mémoire très vive qu’en a conservé le public, local et national.
Quelques mois avant sa disparition en 2011, Roger Lafosse, fondateur du festival, a fait don à la Ville de Bordeaux, pour les Archives Municipales, des archives de SIGMA.

Le laboratoire PUBLICA©TION ouvre un chantier de recherche et de formation à la recherche sur les archives du festival SIGMA :

  • les archives SIGMA offrent un point de vue privilégié sur les avant-gardes des années 60 & 70 dont l’histoire reste à écrire,
  • elles posent la question spécifique de la réinscription dans l’histoire de pratiques artistiques qui ont cherché explicitement à s’en affranchir,
  • elles permettent de reconsidérer la question mal posée des relations centre / périphérie, en intégrant la dimension internationale de la scène locale bordelaise,
  • elles offrent un matériau largement inédit à une réflexion en profondeur sur le sujet encore très obscur des relations théâtre / performance / arts plastiques,
  • elles engagent à une réflexion sur les formats d’exposition de l’art : si les Biennales, par exemple, ont donné lieu récemment à une série d’études intéressantes, le format « festival », bien que privilégié par FLUXUS, n’a pas encore suscité d’étude convaincante. Il semble désormais réservé au monde du théâtre ou de la musique, et c’est à partir de ces modèles qu’il tend aujourd’hui à faire retour au coeur des institutions muséales (voir le « festival » du centre Pompidou).
  • elles offrent des aperçus inédits sur les relations arts / télévision, la présence de l’ORTF aux cotés des initiateurs du festival demeurant une caractéristique de SIGMA.

Ce chantier de recherche sera mené, en étroite collaboration, par les Archives Municipales de Bordeaux, en partenariat avec l’EBABX, le CAPC, l’EHESS (Centre d’Anthropologie de l’Écriture, PRI Archives des Arts & Media contemporains), CAlArts.

PROGRAMME

LUNDI 28 NOVEMBRE : DU CÔTÉ DES ARCHIVISTES

  • 10:00    Introduction de Patricia Falguières et Michel Aphesbero
  • Présentation de Agnès Vatican – Directrice des Archives Municipales de Bordeaux
  • 11:15    Yann Potin, Chargé d’études documentaires aux Archives Nationales autour de l’anthropologie des archives.
  • 12:00    Pause déjeuner
  • 14:00    Margit Rosen, chercheur au ZKM, Karlsruhe : Un travail autour du Festival Nouvelles Tendances de Zagreb
  • 15:00    Lou Forster, étudiant chercheur à l’EHESS : Les usages de l’archive : sur le reenactment
  • 16:00    Pause
  • 16:30    Discussion Générale

 

MARDI 29 NOVEMBRE : THE ARCHIVE FEVER

  • 10:00     Introduction de Patricia Falguières et Michel Aphesbero
  • 10:30    Thomas Lawson, Doyen du département Art à CalArts, avec Chiara Giovando, Benjamin Tong et Larissa James
  • Présentation de l’exposition Experimental Impulse, au RedCat, L.A., dans le cadre de la manifestation Pacific Standard Time
  • 12:00    Pause déjeuner
  • Modération : Benjamin Thorel, Thomas Boutoux
  • 15:00    Cédric Vincent, Chercheur EHESS
  • 16:00    Mathieu Kleye Abbonnenc, Artiste
  • 17:30    Discussion Générale

 

MERCREDI 30 NOVEMBRE : LE FESTIVAL SIGMA

  • 10:00    Introduction de Michel Aphesbero
  • 10:30    Françoise Taliano des Garets Professeur d’Histoire Contemporaine, Institut d’études politiques de Bordeaux Autour de SIGMA
  • 11:15    Projection du film Les années Sigma. 2008
  • Présentation par Benoit Lafosse – Discussion avec Agnès Vatican et Charlotte Laubard
  • 12:00    Pause déjeuner
  • Modération : Jeanne Quéheillard et Pierre Ponant
  • 14:00    François Barré, Le design dans SIGMA et l’exposition Le Multiple
  • 14:45    Franck Ancel L’OMEGA de SIGMA
  • 15:30    Pause
  • 16:00    André Lombardo, Ex-consultant sigma, co fondateur de dma2 et directeur artistique du festival «divergences/divisions. Actuellement fondateur et directeur artistique de présence capitale (arts sonores).

Exhibition – ZKM | Medienmueum 23.02.’08- 18.01.’09: [Nove] tendencije Computer und visuelle Forschung Zagreb 1961-1973 //

With the present exhibition the ZKM | Karlsruhe dedicates itself to the most important international artistic currents of the 1960s, the New Tendencies, and their significance for the history of computer-based art. In 1968 the movement decided to incorporate into its program the computer as a medium of artistic work so as to thereby assert its avantgarde claim and to contribute to the definition of a technology which, as one quite rightly presumed, would define the future of civilization.

Commencing with an exhibition of Concrete and Constructive Art, Nove tendencije, in Zagreb, in 1961, the New Tendencies rapidly developed into a dynamic movement dedicated to ‘visual research’. Around the mid 1960s, the New Tendencies triggered an international Op-Art-Boom, which was endorsed by participation in an exhibition entitled The Responsive Eye, at the New York MoMA, in 1965. However, success brought the New Tendencies no closer to its aims: the assertion of ‘art as research’ and the establishment of new forms of distribution beyond the art market, which should be accessible to everyman. The organizers of the New Tendencies decided to bring their strategy up-to-date and, in the summer of 1968, initiated in the context of the fourth exhibition, Tendencije 4, the program‘Computer and Visual Research’. Until 1973 the supporting institution of the New Tendencies, the former Gallery of Contemporary Art Zagreb – today the Museum of Contemporary Art – had dedicated itself to artistic research by computer with a series of international exhibitions and symposia. At the peak of the Cold War artists and scientists throughout the world presented their work in Zagreb. The New Tendencies thus established a unique platform for the exchange of ideas and experiences from the area of art, the natural sciences and engineering. With the multi-lingual journal Bit international(1968-73, 9 numbers) Zagreb became a point of initiation for aesthetics and media-theoretical thought.

The organizers of the Zabrab Tendencies initially sought to consciously accompany and form the historical transition in which the computer was perceived as medium of artistic creation. They set computer generated works in relation to Constructive and Kinetic Art (1968/69) and to Concept Art (1973). The arts of the electronic media were not considered as an isolated phenomenon but rather incorporated into the history and discourse of fine-and performing arts. ZKM is comitted to this principle and initiated an exhibition series in the Media Museum that started with The Algorithmic Revolution (2004) and is now be persued with Bit International.

In cooperation with the MSU | Museum of Contemporary Art Zagreb and an international network of collectors and private archives, the exhibition provides an overview of the (New) Tendencies and its program ‘Computer and Visual Research’: graphics, paintings, films, sculptures as well as computer-generated lyrics and literature are once again, for the first time in 40 years, made accessible to a wider public.
Text: M. Rosen

Curators: Darko Fritz, Margit Rosen, Peter Weibel
Project direction: Bernhard Serexhe

plus d’informations ici

A Little-Known Story about a Movement, a Magazine, and the Computer’s Arrival in Art: New Tendencies and Bit International, 1961-1973

A Little-Known Story about a Movement, a Magazine, and the Computer’s Arrival in Art

New Tendencies and Bit International, 1961–1973

Edited by Margit Rosen

This book documents a short but intense artistic experiment that took place in Yugoslavia fifty years ago but has been influential far beyond that time and place: the « little-known story » of the advent of computers in art. It was through the activities of the New Tendencies movement, begun in Zagreb in 1961, and its supporting institution the Galerija suvremene umjetnosti that the « thinking machine » was adopted as an artistic tool and medium. Pursuing the idea of “art as visual research »” the New Tendencies movement proceeded along a path that led from Concrete and Constructivist art, Op art, and Kinetic art to computer-generated graphics, film, and sculpture.With their exhibitions and conferences and the 1968 launch of the multilingual, groundbreaking magazine Bit International, the New Tendencies transformed Zagreb—already one of the most vibrant artistic centers in Yugoslavia—into an international meeting place where artists, engineers, and scientists from both sides of the Iron Curtain gathered around the then-new technology. For a brief moment in time, Zagreb was the epicenter of explorations of the aesthetic, scientific, and political potential of the computer.

This volume documents that exhilarating period. It includes new essays by Jerko Denegri, Darko Fritz, Margit Rosen, and Peter Weibel; many texts that were first published in New Tendencies exhibition catalogs and Bit International magazine; and historic documents. More than 650 black-and-white and color illustrations testify to the astonishing diversity of the exhibited artworks and introduce the movement’s protagonists. Many of the historic photographs, translations, and documents are published here for the first time. Taken together, the images and texts offer the long overdue history of the New Tendencies experiment and its impact on the art of the twentieth century.

About the Editor

Margit Rosen is a Researcher and Curator for ZKM | Center for Art and Media Technology.
http://www.new-tendencies.org/

L’Omega de SIGMA

par Franck Ancel

Journée d’études SIGMA 30 Novembre 2011 école des Beaux-Arts de Bordeaux

 

©  François Molnar

« Le nouvel intérêt de la société à l’art peut dépendre de l’utilisation de la technologie. » Jean Dupy 1971

Alors que depuis 1950 régnait le Mai musical dans la vie culturelle de Bordeaux, le compositeur Ivo Malec prit la lettre grecque SIGMA comme titre d’une composition en 1963, pour diriger la musique vers d’autres voix. A l’occasion de sa première interprétation à Paris en 1964, un présentateur radio lors de sa diffusion, précisa que le compositeur avait choisi la lettre SIGMA, « pour suggérer l’aspect multiforme de son expérience musicale. Elle tend à rapprocher le corps sonore traditionnel et les nouvelles techniques instrumentales de façon à mettre en valeur la complexité de la matière sonore. » Un an plus tard en 1965, un nouveau festival bordelais allait choisir également la lettre SIGMA pour mettre en valeur la complexité des arts et de la culture face aux techniques contemporaines.

Madame Françoise Taliano-des Garets précise dans l’un des rares articles sur SIGMA, daté de 1992, dans la revue d’histoireVingtième Siècle, que « la reconnaissance de ce festival d’avant-garde par le pouvoir local n’est pas fortuite ; elle est le révélateur d’une politique culturelle municipale dont les contours peuvent être précisés sous trois angles : le discours, la confrontation du discours et de la réalité, l’analyse des mobiles politiques. Le discours municipal à propos de SIGMA est, avant tout, celui de Jacques Chaban Delmas. Il mettra l’accent sur deux thèmes voisins : la décentralisation et la rénovation culturelle de la ville. Le maire défend ainsi le projet SIGMA devant le Conseil municipal du 1er février 1965 en lançant que « La chose n’a jamais été tentée, pas même à Paris » ».

Je ne doute pas que depuis la fin du festival SIGMA, en 1997, la municipalité bordelaise soit toujours à la recherche de cette“décentralisation et rénovation culturelle“ souhaitée par Jacques Chaban Delmas en lançant l’opération SIGMA. J’imagine qu’Evento, ainsi que la future Manufacture Atlantique projetée comme plateforme pour Novart, l’autre grand rendez-vous de la ville en 2012, sauront un jour répondre aux premières aspirations visionnaires pour la ville, en termes de décentralisation et de rénovation culturelles.

Pendant l’actuelle édition du 40ième festival d’Automne à Paris, vient de se clôturer un colloque international, Pour une histoire des festivals (XIXe-XXIe siècles) qui s’est tenudu 24 au 26 novembre 2011. Pourtant, il n’y a eu à ma connaissance aucune communication sur le festival SIGMA de Roger Lafosse ou même le festival de l’Art d’Avant-Garde de Jacques Poliéri qui ont posé les fondements d’une décentralisation et rénovation culturelles, ainsi que d’un renouveau des arts du spectacle.En effet, dès 1956 à Marseille, le scénographe Jacques Poliéri avait créé le premier festival de l’Art d’Avant-Garde, qui verra trois autres éditions, à Nantes en 1957, puis à Paris en 1960. Alors qu’il faudra attendre plus d’une décennie après pour queprenne naissance le célèbre festival d’Automne en France.

© Informations, précisions, documentations émanant des archives du festival SIGMA de Bordeaux.

De même, il n’y a aucun article concernant le festival SIGMA, sur d’autres endroits ressources comme Wikipédia, alors que ce festival a sans doute été un pôle de convergence unique dans son rôle d’interconnection entre la créativité et les nouvelles technologies, plus précisément lors de ses trois premières éditions, formant ainsi comme des “points OMEGA“ dans l’histoire de SIGMA.

Cela rejoint le concept de “point Oméga“ du jésuite Pierre Teilhard de Chardin. Un point comme pôle de convergence de l’évolution où « chaque centre, ou conscience individuelle, est amené à entrer en collaboration toujours plus étroite avec les consciences avec lesquelles il communique, celles-ci devenant à terme un tout. » C’est ce que l’on peut lire dans l’encyclopédie Wikipédia en ligne. Cette vision globale anticipe également le réseau Internet comme un tout technologique.

Lorsque j’ai assisté à la conférence Art et cybernétique (Eloge du simulacre) à la Fnac Digital en 2006, à Paris, Simon Diner,ancien directeur de recherche au CNRS, précisa que « L’œuvre d’art n’est plus jugée par rapport à une référence selon son degré mimétique mais dans l’accomplissement de fonctions de communication. Elle devient autonome par rapport à la réalité ou à la nature, tout en restant ouverte sur le spectateur. » L’on peut aisément lire le texte de sa communication sur Internet mais pour ma part, bien que celui-ci soit riche et précis, je pense que ces réflexions avaient déjà trouvé des analyses pertinentes lors des premières éditions du festival SIGMA de 1965 à 1967.

C’est en étudiant les archives du festival SIGMA, grâce à Michèle Lafosse, que j’ai pu en prendre conscience, il y a presque déjà 20 ans, alors que se préparait dans les locaux du festival l’unique ouvrage pour les 25 ans de SIGMA. Et si je suis devenu un spectateur professionnel dès 1987 en assistant à SIGMA et au festival de musiques nouvelles Divergences Divisions à Bordeaux, ce sont ces festivals qui m’ont poussé de l’autre côté du  miroir, pour devenir non plus seulement un spectateur de la culture mais également un acteur dans l’art. Ayant quelques semaines de libres, j’avais donc décidé en 1992 d’ouvrir ce qui n’avait été ouvert qu’une seule fois pour une étude sociologique, les archives du festival SIGMA. Ces lectures se placaient dans la continuité d’une recherche initiée, deux ans avant, en 1990, lorsque Jacques Poliéri réédita son classique ouvrage moderne sur la scénographie daté de 1960 et par la lecture d’un article de l’ancienne revue L’Art Vivant au CAPC. Ainsi, je découvrais qu’il y avait eu pendant les premières années de SIGMA, une convergence déterminante de réflexions et de propositions face à la technologie.

C’est pour cela que j’avais imaginé en 1995 un symposium pour écrire l’art de l’électronique, L’ivre machine, avec le directeur du festival Divergences Divisions, André Lombardo, qui fut également l’un des collaborateurs du festival SIGMA. Une manifestation qui aurait été connectée au réseau Internet avec une diffusion multi-écrans, en réseau, qui n’a jamais pu se concrétiser. La fin de SIGMA à Bordeaux, l’incapacité à monter ce symposium, me poussa le 11 novembre 1998, à rencontrer le scénographe Jacques Poliéri chez lui à Paris, avec lequel j’ai depuis travaillé, encore récemment. Ce travail s’est notamment traduit par la coordination d’un ouvrage sur son festival de l’Art d’Avant-Garde, en 2004, aux éditions Somogy, une conférence en 2006 à Marseille pour les 50 ans du festival de l’Art d’Avant-Garde.

Hier, s’il s’agissait de distinguer, l’art abstrait de l’art cinétique puis de l’art cybernétique, aujourd’hui, c’est un véritable enseignement qui pourraient nous permettre d’appréhender réellement les enjeux dont SIGMA a été le point de convergence, à ses débuts, en relation avec la technologie. Je vais donc juste poursuivre quelques points OMEGA, en une contextualisation et une mise en lumière, sans doute trop rapide, qui nécessiterait déjà de pouvoir vous communiquer l’ensemble des enregistrements que l’ORTF aurait du effectuer dans son Grand Auditorium au 34 rue Ulysse Gayon à Bordeaux lors des SIGMA I, II et III.

1965: Le festival SIGMA est créé la même année que l’organisation des premières expositions de computer art en Europe et aux Etats-Unis : Generative Computergrafik (février) et Computergrafik (novembre) à Stuttgart, Allemagne, Computer Generated Pictures (avril) à la Howard Wise Gallery de New York. Il n’est donc sans doute pas anecdotique de préciser que le premier complément de programme de SIGMA en 1965 a été offert par la compagnie Bull-General Electric. Toutes les disciplines artistiques devaient se déployer face à l’apparition des machines et de l’électronique, interrogeant ainsi la ville de demain, c’est à dire celle que nous connaissons aujourd’hui. Cela mériterait d’y méditer. Le journal Sud-Ouest, du 23 octobre 1965, immortalisa l’arrivée de Nicolas Schöffer par une photo, sous le titre « un des pères de la sculpture moderne fait connaissance avec Bordeaux. » sur le tarmac de l’aéroport de la ville, accueilli par Roger Lafosse, tout semble parlant dans ce cadrage qui fait symboliquement sens.

© Informations, précisions, documentations émanant des archives du festival SIGMA de Bordeaux.

1966: Aux Etats-Unis, John Whitney est engagé comme artiste en résidence par I.B.M. chargé d’explorer le potentiel esthétique de l’infographie. Le professeur Abraham A. Moles, quant à lui, évoquera à Bordeaux le rôle de l’artiste face à la machine, justement en illustrant son propos, en évoquant le rôle créatif d’une machine telle que l’I.B.M.7090.

L’on pourra se reporter aussi au catalogue de l’exposition du centre d’art contemporain de Grenoble, le Magasin, de 1998, à propos du GRAV (Groupe de Recherche en Art Visuel) dans lequel l’on trouvera des documents de la participation de ce Groupe au festival SIGMA. Ainsi, on peut lire que « La deuxième édition de Sigma diffère peu de l’édition précédente pour les choix artistiques qui sous-tendent l’exposition présentée à la galerie des Beaux-Arts. Le visuel qui illustre l’ensemble des documents édités (catalogue, affiche, etc.) est une création de François Molnar conçue à l’ordinateur. »

Si l’avant-garde artistique, utilisant déjà l’ordinateur, touche ainsi directement la rétine du grand public par ses oeuvres, celui-ci est parfois dépassé par certains enjeux intellectuels, comme le relate Sud-Ouest suite à la conférence du 17 novembre 1966 à SIGMA, du philosophe Raymond Abellio, à propos d’Esthétique et structuralisme. Pourtant, lors d’autres échanges sur Art et Industrie, ce même jour, une phrase, qui a été prononcée prend désormais tout son sens : « C’est le monde entier qui va devenir ville. »

Lorsque Jean-Jacques Lebel a créé un happening historique le 19 novembre 1966 à Bordeaux, lui qui a importé ces actions des USA, il n’imaginait pas, que plus de 40 ans après, ce seront des chômeurs londoniens en octobre de cette année qui semblent s’être accaparé ce type d’actions, étant victimes d’une machine économique que l’on semble désormais incapable à maitriser. L’on se reportera gratuitement à l’extrait du documentaire Les années sigma , la provocation amoureuse produit par la Smac et France 3 Aquitaine, réalisé par Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil, sur Internet, où Jean-Jacques Lebel témoigne de ses pulsions libératrices à Bordeaux. Mais justement, l’on aurait bien aimé connaître aussi dans un tel documentaire l’avis de l’auteur du livre Procès du festival d’Avignon, supermarché culturel, édité chez Belfont en 1968, le même Jean-Jacques Lebel, sur ce qui faisait à ses yeux la particularité de SIGMA dans l’émergence d’autres festivals culturels en France.

1967: Aux Etats Unis, l’artiste Robert Rauschenberg et l’ingénieur Billy Klüver créent E.A.T / Experiments in Art and Technology à New York où artistes et ingénieurs collaborent pour produire des œuvres à la croisée entre l’art, la science et la technologie. Pourtant, le 18 novembre 1967, la cantatrice américaine Cathy Berberian conclue une tribune sur le théâtre à Bordeaux lors de SIGMA, qui n’a vraiment rien à envier à cet autre événement majeur new-yorkais, plaçant l’humain au premier plan : « Pour moi, c’est le festival le mieux administré et organisé, auquel j’ai participé dans toute ma vie, et je dois vous féliciter de vivre à Bordeaux et d’avoir une pareille organisation. »

Depuis 1965, c’est la Galerie des Beaux-Arts qui accueille les expositions de SIGMA I avec des Arts et tendances contemporaines pendant une semaine puis lors de SIGMA II avec l’Art Visuel / Urbanisme-Architecture, et enfin pour SIGMA III Le multiple / design / graphisme / éditions multiples / structures Polycycliques, pendant quinze jours. L’art cinétique y est progressivement exposé et identifié puisque même le journal télévisé de 13h à l’ORTF, les 13 et 26 novembre 1967 y consacre deux reportages, avec une interview de Robert Escarpit et Frank Popper sur l’art cinétique, disponible aujourd’hui en consultation pour des chercheurs à l’INA, mais non encore numérisés.

Sous les applaudissements de l’assistance, la table ronde sur L’homme et la cité de SIGMA 1967 se clôture avec le designer Georges Patrix qui annonce, tel un slogan, que « Notre décadence c’est que nous n’avons pas le courage d’être véritablement des contemporains ».

Je soulignerai également la communication du manifeste Méta-Art par Jean-Claude Moineau qui décidera d’arrêter toute pratique artistique après 1968 pour se consacrer à la critique de l’art. C’est aussi à partir de cette année charnière que SIGMA a épuisé la technologie comme matière première de son festival, bien que celle-ci sera de nouveau présente sur plusieurs éditions.

1968: Aux USA c’est la création du Center for Visual Arts Studies/C.A.V.S. (Centre des arts visuels avancés) au Massachusetts Institute of Technology/M.I.T par l’artiste Gyorgy Kepes. Il s’agit du premier centre de recherche pour un travail de création interdisciplinaire dans les domaines de l’art, de la science et de la technologie avec une collaboration entre artistes, scientifiques et ingénieurs. La création de ce centre repose exactement sur les enjeux des trois premières éditions de SIGMA. C’est aussi l’apparition, toujours aux Etats-Unis de la revue Leonardo par Frank Malina. En France, Judith Malina fait partie avec Julian Beck du Living Theater, qui fit scandale au festival d’Avignon, un an après leur passage à SIGMA dans la rue. En 1968, il y a surtout l’exposition Cybernetic Serendipity organisée par Jasia Reichardt à l’Institute of Contemporary Art/I.C.A. de Londres. Celle-ci est considérée comme l’exposition inaugurale de l’art numérique par de nombreux historiens. Mais à cette période là, on parle encore et bien évidemment, d’art “cybernétique” comme à l’exposition Tendencija 4 : Computer and Visual Research à la galerie d’art contemporain de Zagreb. Mais revenons sur l’exposition de l’I.C.A avec l’artiste Carmi Eugenio qui y créa, Carm-o-matic, une oeuvre qui appartient désormais à la collection du Z.K.M., Zentrum Fur Kunst Media de Karlsruhe.

Cette oeuvre est symptomatique car c’est « un système d’auto-programmation d’images sur écrans stroboscopiques branché sur un déclencheur de son. L’onde sonore fait apparaître des images multiples et violemment colorées, des configurations abstraites, des taches et des formes géométriques, des caractères d’imprimerie, des onomatopées de bandes dessinées. L’oeuvre a été mise au point par des ingénieurs d’Olivetti : sur un cylindre tournant à quinze cents tours-minutes où apparaissent des séries d’images lumineuses qui impressionnent pour quelques fractions de seconde la rétine du spectateur. Pour augmenter encore les possibilités de combinaisons d’images dues au hasard, la machine est sensibilisée aux bruits environnants : aucun son n’est le même, aucune image n’est la même. » C’est ainsi que Pierre Cabane et Pierre Restany en 1969 présentent cette oeuvre dans leur ouvrage L’avant-garde au XXième siècle dans leur entrée sur l’art cinétique. A New-York, Pontus Hultén monte The Machine au Museum of Modern Art, une exposition historique dont il nous reste un catalogue à la couverture métallique. Ainsi, si le festival SIGMA n’a pas eu lieu en 1968, ses idées et recherches semblent cette année-là s’être jouées dans une synchronicité avec d’autres lieux.

L’OMEGA du festival SIGMA comme point de convergence n’aura été réellement incarné que les trois premières éditions, bien que cela ne remette nullement en cause la pertinence des autres éditions de ce festival pendant 30 ans. Ce qui m’intéresse ici est de pointer, à nouveau, à l’heure d’un environnement digital planétaire, qu’il y a eu à SIGMA une extension du domaine de la création face à la technique, entre art abstrait et cinétique, comme annonçant l’art cybernétique qui ne fut pas une vision de l’esprit moderniste, mais qui de façon intuitive, s’est posé comme précurseur de l’interconnexion des arts avec les technologies.

En 1969, Joël Stein exposera une oeuvre laser à SIGMA, la même année que la première grande exposition d’art américainLaser Light: A New Art Visuel, organisé par le Dr Léon Goldman au Musée d’art de Cincinnati. Puis soulignons, en 1970, aux USA l’exposition Software, information technology : Its meaning for art organisée par Jack Burnham au Jewish Museum de New York. La sculpture robotique interactive The Senster d’Edward Ihnatowicz avec le soutien de Philips, puis un an après, la création par Harold Cohen d’une œuvre générative, avec de l’intelligence artificielle Aaron. C’est sans doute ce climat qui poussera SIGMA en 1973, à placer la majorité des 20 conférences sur les quatre jours de son festival, en résonnance avec l’informatique naissante, par exemple dans la synthèse des sons, donnée par le compositeur Jean-Claude Risset.

Si au début des années soixante dix, un groupe “Art et informatique” est créé à l’Université de Paris 8. C’est seulement en1981 que le festival SIGMA accueille, juste trois ans après la naissance du festival ARS ELECTRONICA en Autriche, un débatVers les nouvelles images ? avec la participation de l’artiste, fondateur du groupe Zéro, désormais directeur au M.I.T. à Boston, Otto Piene.

En 2011, pour l’ouverture du dernier festival ARS ELECTRONICA, le Tesla Orchestra en provenance des Etats-Unis, a créé lors de l’inauguration à Linz, une performance électrique, un mixage de foudre, de musique et de danse comme un cirque dansant au style monumental avec deux grandes bobines de Tesla. Ces bobines de Tesla sont des instruments, à part entières. L’exploitation du corps comme une interface scientifique grâce à la technologie pour une création artistique avait déjà été utilisé par le compositeur Alvin Lucier en 1965 aux USA, pour des créations musicales, à partir du cerveau.

En France, le compositeur Pierre Henry, un habitué du SIGMA de Roger Lafosse, lui mettra des électrodes branchées sur le cortex. Cette captation sera peformée au Musée d’art moderne de Paris en 1971. Le disque vinyl de ces expérimentation vient d’être réédité sur CD. Même si ce dispositif nommé Corticalart, imaginé par Roger Lafosse dès 1965, a été conçu en 1969 par cinq scientifiques sous le nom de Artec-SIGMA, il a disparu après plusieurs présentations jusqu’en 1978. Il en reste tout de même une matière sonore, comme archive vivante, pour nous transmettre un message abstrait, dont la philosophie du projet est très concrète.

Pour avoir assisté à plusieurs concerts chez Pierre Henry depuis quelques années, j’avais remarqué des affiches de SIGMA sur ses murs. J’aurais aimé que Pierre Henry puisse s’exprimer sur sa collaboration avec Roger Lafosse qui garde une grande place dans sa mémoire.

Avant d’écouter l’enregistrement des ondes cérébrales de Roger Lafosse par Pierre Henry, et pour lui rendre hommage, je lui laisserai le dernier mot, comme il le dira au journal Sud-Ouest, le 2 mars 1997, à la fin de SIGMA « Je n’ai pas fait Sigma pour faire la révolution. Je l’ai fait parce que je croyais avoir perçu de nouvelles sensibilités, des attitudes différentes, des fêlures dans le discours artistique et que je me disais que ce n’était pas possible que Bordeaux passe à côté de ça. Je l’ai fait parce que, quitte à attraper quelques pépites, je me disais qu’elles pouvaient s’ajouter au trésor de l’humanité. Je l’ai fait parce que la chose qui me fascine le plus, c’est l’imaginaire des hommes. Je l’ai fait pour le plaisir de mettre les gens ensemble. Dans tout cela, je n’ai été que l’observateur qui perçoit les signes de modifications et tient à les faire partager. »

Aussi, je tiens à remercier particulièrement, Eléonore Schöffer, Jacques Poliéri, François Morellet, Jean-Claude Moineau, Isabelle Warnier et Jean-Jacques Lebel pour nos échanges, ainsi que l’ensemble de l’équipe de l’école des Beaux-Arts de Bordeaux pour cette invitation. Cette communication a été écrite sous le regard de l’un des premiers multiples de Takis, en 1969, accroché au dessus de mon bureau, au milieu d’une accumulation de livres et documents qui m’alimentent depuis presque 25 ans, entre théorie et pratique de l’art.